PRONOSTICS TENNIS DE NOS EXPERTS


Le Guide du Pronostiqueur Tennis

Quand on parle de paris sportifs, on pense tout de suite au football. Mais le tennis offre également beaucoup de possibilités avec des tournois toute l’année. Le circuit ATP pour les hommes et WTA pour les femmes peut se scinder en trois catégories. Les tournois du Grand Chelem, les Masters 1000 et enfin, les tournois annexes. La victoire d’un joueur dépend de certains facteurs communs à tous les tournois. En revanche, certains peuvent être exclusivement liés à un type de compétition. Le tennis et ses codes n’auront plus aucun secret pour vous.

Les Facteurs à prendre en compte


 Le Classement ATP/WTA : Le premier réflexe à avoir en tant que parieur, est de consulter le classement des joueurs. Celui-ci résume les performances de l’athlète. Le Top 5 des joueurs se retrouvent souvent dans le dernier carré des tournois auxquels ils participent. Le Top 10 se donne régulièrement rendez-vous en quart de finale. Évidemment, mieux vaut parier sur le joueur le mieux classé. Par exemple, si une rencontre oppose le second joueur mondial au soixantième, ce dernier aura peu de chance de l’emporter, à moins d’un exploit. 

 La Surface : Au tennis, il y a plusieurs types de surfaces. Le dur, le gazon ou encore la terre battue constituent les majeures d’entre elles. Chaque joueur de tennis possède une surface fétiche où il pourra exprimer pleinement ses qualités et gommer certains de ses défauts. Par exemple, un joueur puissant ayant un bon service sera plus efficace sur dur que sur terre battue.

 L’État de Forme Physique : Les joueurs de tennis jouent toute l’année et parcourent le monde entier. Certains encaissent mieux les déplacements et arrivent plus facilement à enchaîner les rencontres. Alors que d’autres sont plus fragiles physiquement et peinent à reproduire de gros efforts. Par exemple, lorsqu’un athlète a joué plusieurs heures, il sera diminué pour le prochain match, ce qui aura un effet négatif sur sa technique.

 Le Lieu : Le lieu est également une variable à prendre en compte. Lorsqu’un tournoi se déroule dans le pays ou dans la ville du joueur, le public sera acquis à sa cause. Un facteur qui peut lui donner des ailes et ainsi créer des exploits. Par exemple, Andy Murray à Wimbledon ou encore Gaël Monfils à Roland Garros.

Les facteurs qui vont suivre sont particuliers dans le sens ou ils vont dépendre du type de compétition. Un tournoi du Grand Chelem n’est pas un Masters 1000 et un Masters 1000 n’est pas un tournoi annexe.

Comment pronostiquer sur le Grand Chelem :

Il s’agit du Graal pour les joueurs du circuit. Les 4 tournois qui le compose (Open d'Australie, Roland Garros, Wimbledon, US Open) sont les plus prestigieux avec des surfaces différentes. Ils rapportent également énormément de points au classement (2000 pts pour le vainqueur). Outre la motivation, plusieurs variables sont donc à prendre en compte, en plus de ceux vues précédemment.

 La performance sur le même tournoi la saison passée : Un joueur ne gagnera des points que s’il fait mieux que la saison passée. Par exemple, si un athlète est arrivé en demi-finale la saison passée, il devra arriver en finale pour pouvoir gagner ses points. Le joueur en question aura donc une motivation supplémentaire à remporter la rencontre.

 Le nombre de sets : La spécificité d’un tournoi du Grand Chelem est que le match se dispute en 3 sets gagnants au lieu de 2 dans les autres tournois. De véritables batailles psychologiques peuvent donc s’instaurer. Un joueur au faible mental aura donc peu de chances de l’emporter.

 La diversités des joueurs : Dans un Grand Chelem, il y a les qualifiés d’office, ceux qui passent par un tournois qualificatif et enfin les invités. Ces derniers bénéficient d’une Wild Card.  Cette diversité augmente la probabilité des exploits et donc des surprises.

Comment pronostiquer sur les Masters 1000 : 

Comme son nom l’indique, le vainqueur d’un de ces tournois gagne 1000 points au classement. Il s’agit d’un circuit interne composé de 9 tournois dans le monde. À la fin de l’année, les huit meilleurs joueurs du monde se donnent rendez-vous pour la finale du Masters.

 La régularité : Pour se qualifier en finale, il faut donc être régulier toute la saison. Seul les meilleurs y parviennent puisqu’il faut être un joueur « toutes surfaces ». En effet, ces tournois se disputent régulièrement sur terre battue et dur. Par exemple, le numéro 1 mondial, Andy Murray, a remporté trois des neuf Masters 1000 l'année dernière et pris part à deux finales perdues. Des statistiques qui parlent d’elles-mêmes et qui laissent peu de place au hasard